Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x

Mesure de précaution : la collectivité interdit temporairement la consommation de l’eau de ville.

Eu égard aux analyses effectuées par l‘ARS en plusieurs points de prélèvement sur le réseau d’eau public de Saint-Martin qui font ressortir un taux élevé de bromates, la consommation de l’eau distribuée par le réseau public est interdite temporairement pour les usages tels que la boisson et la cuisson des aliments. Les autres usages sont autorisés.
Le retour à une situation normale ne pourra être effectif que lors de la publication par l’ARS d’un avis de conformité de l’eau aux normes de qualité en vigueur.
L’Etablissement des Eaux et d’Assainissement de Saint-Martin (EEASM) et la société SAUR devront mettre en œuvre les mesures nécessaires pour l’assainissement du réseau de distribution de l’eau par les mesures appropriées pour un retour rapide à la normale.
Il s’agit avant tout d’une mesure de précaution, l’établissement des Eaux communiquera plus amplement sur les mesures mises en œuvre, dès lundi 24 juin 2019.


Mesures et historique,et les précisions de l’établissement des eaux EEASM de la collectivité s’agissant de la situation sanitaire de l’eau potable à Saint-Martin.

Mesures et historique
Le contrôle sanitaire des eaux destinées à la consommation fait partie des prérogatives de l’Agence Régionale de Santé (ARS). Historiquement, la recherche formelle et institutionnelle de bromates dans l’eau potable à Saint-Martin ne semble pas avoir été réalisée en amont des mesures de faites en Mai 2019. Les seules mesures existantes dont dispose l’EEASM relèvent d’auto-analyses sporadiques réalisées par le délégataire (GDE à l’époque) depuis 2010, date à laquelle cette mesure a été imposée par l’arrêté du 21 janvier 2010 modifiant l'arrêté du 11 janvier 2007 relatif au programme de prélèvements et d'analyses du contrôle sanitaire pour les eaux fournies par un réseau de distribution.
Si cet élément peut ne pas apparaître de prime abord rassurant puisque la méthode de production n’a pas changé depuis 2006, il est à noter qu’aucune crise majeure liée à l’ingestion de bromates n’a été identifiée depuis qui puisse être concordante avec les symptômes potentiels décrits par l’ARS. Les mesures prises actuellement relèvent donc du principe de précaution.
De nouvelles analyses du taux de bromates ont d’ores et déjà été ordonnées par l’EEASM avec une demande affirmée de réduction des délais de restitution des résultats afin de pouvoir adapter au plus vite et au mieux les nécessaires mesures correctives et/ou palliatives.

 Réaction et perspective  

L’EEASM prend la pleine mesure de cette nouvelle donnée et est naturellement contractuellement engagée dans une démarche de qualité croissante de l’eau délivrée à la population. Toutefois, les études relatives à l’impact des bromates à des taux aussi faibles sur la santé sont rares, le phénomène ayant été mondialement récemment identifié.
Dans la mesure où les systèmes de production et les conditions de production sont identiques à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy qui a vécu une crise liée aux bromates qui perdure dans une moindre mesure, l’EEASM a sollicité son délégataire par anticipation pour à la fois permettre un autocontrôle des taux de bromates et se doter des moyens techniques pour que ces taux respectent les normes en vigueur (10 µg/l pour les normes françaises). Sur le sujet des analyses et des délais qui altèrent les taux, le matériel de mesures immédiates est lui disponible depuis peu dans les Îles du Nord, investissement réalisé par un laboratoire privé à Saint-Barthélemy. Notez que les taux relevés par l’ARS à Saint-Martin en mai 2019 sont trois fois inférieurs à ce qui a pu être relevé à Saint-Barthélemy.
Dans l’immédiat, des adaptations des paramètres physico-chimiques tout au long de la chaîne de production et de distribution de l’eau potable vont être réalisées pour réduire ces taux de bromates. A moyen terme, l’EEASM est engagée dans une réfection profonde des moyens de production ayant d’ailleurs fait l’objet d’un appel d’offres, ces travaux de réhabilitation sont planifiés avec une échéance à 8 mois. Le paramètre “bromate” est naturellement pris en compte dans cette réhabilitation de l’outil de production. L’EEASM entend aussi étendre la nature du partenariat existant avec l’ARS de façon à parfaire l’échange d’informations entre les deux structures, notamment celles liées aux analyses de qualité de l’eau, et améliorer le système d’alerte à la population et le process de réponse aux crises éventuelles.

Sans volonté de minimiser cette donnée nouvelle, les bromates qui se développent au fil de la distribution sont directement imputables au mode de production et sont un élément récurrent chez tous les producteurs d’eau issue de la désalinisation et fait donc l’objet globalement et bien au-delà du territoire de la Collectivité d’une prise en considération croissante.

Mesure immédiate de distribution d’eau aux population les plus sensibles
Sans attendre, la Collectivité de Saint-Martin et l’EEASM mettent en place un circuit de distribution d’eau auprès des populations les plus sensibles (Hôpital, EHPAD, scolaires en collaboration avec la CTOS,et services publics plus globalement) et adapteront les moyens et le spectre de la distribution publique en fonction des résultats et des progrès réalisés pour résorber ces taux de bromates.

Restez informés !
Nous invitons la population à rester au contact des médias et autres sources d’information, pour suivre les communiqués que la Collectivité et l’EEASM ne manqueront pas de diffuser au fil de l’évolution de la situation.

Rappels des consignes déployées au titre du principe de précaution :
Interdiction de consommation en boisson, pour la cuisson ou le brossage des dents.
L’eau peut être utilisée pour les usages suivants : WC, nettoyage des surfaces, lavage du linge et de la vaisselle, douches tout en veillant à ne pas l’avaler. Il n’y a pas de risque d’absorption cutanée.

CTOS : réunion d’information sur l’externalisation des activités périscolaires.

La Caisse territoriale des Œuvres Scolaires de Saint-Martin (CTOS) souhaite externaliser les accueils périscolaires et en confier la gestion aux différentes associations présentes sur le territoire, dès la rentrée scolaire de Septembre 2019.
Une réunion d’information sur le processus d’externalisation est organisée, le vendredi 21 juin 2019 à 14 heures, dans la salle du Conseil territorial de l’hôtel de la Collectivité à Marigot.
Les associations intéressées par ce partenariat sont invitées à venir nombreuses à cette rencontre.

INTERVENTION de la station S.N.S.M. de SAINT-MARTIN, le samedi 15 Juin, 2019.

sncm17062019Samedi après-midi, un petit bateau moteur de 9m80 vient de s’échouer entre 2 cayes sur la plage de Grand Case avec 5 personnes à bord.
Les occupants sont sains et saufs sur la plage, mais ils ne peuvent pas remettre le bateau à l’eau car il est bien posé sur le sable.
Ils appellent le CROSS des Antilles-Guyane qui alerte la station SNSM de Saint Martin.
Il y a beaucoup de circulation sur les routes le samedi après-midi. Nos équipiers bénévoles n’ayant pas le droit d’avoir un gyrophare sur leur voiture pour les laisser passer, ils subissent les embouteillages comme tout le monde et mettent du temps à arriver à la station de sauvetage... Heureusement il n’y a pas de vie en danger et il n’y a pas de “vraie” urgence cette fois ci !
4 équipiers-sauveteurs se retrouvent à la station ; un de plus aurait été mieux, mais aucun autre bénévole n'est disponible !

À 14h35 nous appareillons avec la vedette SNS 129, Notre Dame de la Garoupe, qui a un gros bîton de remorquage et une puissance moteur bien adaptée à ce genre de mission.
Un quart d’heure plus tard nous sommes sur zone et nous pouvons observer le bateau sur la plage, de travers, la proue vers le sable, un moteur relevé et l’autre avec le vérin coincé en bas et l’embase enfouie dans le sable.
Deux équipiers nageurs de bord se mettent à l’eau avec la remorque ; il y a beaucoup de vent qui porte vers la plage et nous ne voulons pas nous retrouver dans la même situation que ceux qui nous ont appelés ; nous restons donc à environ 100 m du bateau échoué. Nos équipiers s’assurent qu’il n’y a pas de voie d’eau, pour éviter de couler le bateau si nous arrivons à le remettre à flot. Tout parait normal.
La remorque est amarrée à l’arrière du bateau, l’idée étant de le sortir par l’arrière, la partie la plus lourde avec les moteurs d’abord ; mais le bout utilisé pour amarrer notre grosse remorque casse quand nous mettons les moteurs de la SNS 129 en marche avant… Nous reprenons donc nos 150m de remorque, pendant que nos nageurs reviennent vers nous à la nage.
Des plaisanciers arrivent avec une petite annexe pour voir ce qu’il se passe ; nous en profitons pour leur demander s’ils peuvent emmener notre nageur avec la remorque sur la plage pour une deuxième tentative :)
Chose faite ; mais, cette fois-ci, nous décidons de mettre notre grosse remorque directement sur l’anneau de proue à l’avant du bateau pour essayer de le sortir comme ça.
Quand on commence à tirer, le bateau pivote très, très lentement ; puis, petit à petit, il se dégage du sable ; puis, soudainement, ça y est ! Il est libre ; il flotte !
Notre équipier reste à bord ; Nous lui demandons de revérifier qu’il n’y a pas de voie d’eau et nous faisons route vers la Baie de Marigot en remorquant le bateau et les 2 personnes restées à bord. Nous avions demandé aux autres passagers de rentrer en taxi, au cas où il y aurait des complications pendant l’opération de dégagement et de remorquage. Mieux vaut n'avoir que 2 personnes à sauver, plutôt que 5 ! :)
Arrivé dans la Baie de Marigot, devant le pont de Sandy Ground, le propriétaire nous avise qu’il a réussi à faire redémarrer un de ses moteurs, que son bateau est manœuvrant et qu’il peut passer sous le pont par ses propres moyens. Notre équipier défait donc la remorque, puis saute à l’eau pour rejoindre la SNS 129. Nous restons juste en dehors du chenal pour nous assurer que le bateau passe en sécurité sous le pont et nous retournons vers notre poste d'amarrage à la Marina Fort Louis.
Opération réussie et terminée à 16h57.

Pour le propriétaire, ça fait cher la petite sortie sympa prévue pour ce samedi après-midi : remorquage, taxi et frais de réparations (il semble qu’il y a au moins un arbre d’hélice tordu) mais ça aurait pu être pire, s’il avait finit sur la caye. Heureusement, son bateau s’était échoué sur du sable, juste entre 2 roches plates.

P.S. : Rappelons que les interventions de la S.N.S.M. pour le secours aux personnes sont toujours gratuites.
Par contre les sorties pour remorquage sont payantes et tarifées selon le barème officiel défini par le Siège de la Société Nationale de Sauvetage en Mer (voir document ci-après), en fonction de la taille du navire à remorquer ainsi que du moyen d’intervention nautique utilisé par la station (Vedette Classe I = V1 = SNS 129 ou 

 

Communiqué de presse

Le Samedi 15 juin 2019 vers 09h30, alors que deux personnes sont attablées à la terrasse d'un bar à Marigot, un individu dérobe le sac à main de la victime. Elle tente de s'y opposer mais n'y parvient pas.
La deuxième victime poursuit le mis en cause et s'ensuit une confrontation lors de laquelle deux coups de feu sont tirés sans blesser personne.
Le mis en cause prend la fuite et les victimes alertent les forces de l'ordre.
Une enquête sous l'autorité du parquet de Basse-Terre est ouverte et confiée au détachement de la section de recherches de Saint-Martin.
Toute personne souhaitant porter à la connaissance des enquêteurs des informations liées à ce fait sont invitées à contacter la Gendarmerie au 0590523010


Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x