Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

La Collectivité appelle l’Etat à la levée des restrictions aux frontières entre Saint-Martin et Sint Maarten.

Alors que depuis le 1er août 2020, la circulation entre Saint-Martin et Sint Maarten a été restreinte dans l’objectif de lutter contre la propagation du Coronavirus sur la partie française, le prolongement de cette restriction au-delà du 1er septembre 2020 a engendré d’importantes difficultés pour les familles et les entreprises des deux parties de l’île.

Suite à la réunion avec l’exécutif territorial, mardi 1er septembre, la Préfecture a entendu l’appel de la Collectivité et des familles et s’est engagée à prendre en considération la situation des élèves domiciliés à Sint Maarten demandant l’accès à l’école à Saint-Martin. En effet, alors même que les enfants ont été privés d’un cursus scolaire conventionnel pendant la période de confinement de mars à juin, il est impératif aujourd’hui de leur permettre de reprendre les cours au sein de leur établissement et non en télétravail, quel que soit leur lieu de résidence.

Dans cette même logique, la Collectivité de Saint-Martin estime qu’il est désormais prioritaire de restaurer la libre circulation des biens et des personnes sur l’ensemble de l’île, dans l’esprit du Traité de Concordia. Si cette restriction a pu être justifiée au mois d’août par un argument de préservation sanitaire, elle n’apparaît plus pertinente aujourd’hui. Tous les indicateurs démontrent que les contrôles aux frontières n’ont pas permis d’enrayer la circulation du virus. Leur effectivité est illusoire, notamment par le fait que de nombreux piétons contournent les points de contrôle.

Quoi qu’il en soit, il convient désormais que la préfecture de Saint-Martin/Saint-Barthélemy, compétente en matière de santé publique, relance les discussions avec le gouvernement de Sint Maarten pour instaurer un plan sanitaire conjoint à l’échelle de l’île permettant aux Saint-Martinois de circuler librement entre le Nord et le Sud tout en respectant des règles sanitaires strictes. Nous sommes convaincus que ce plan conjoint serait de nature à ramener une sérénité nécessaire à la reconstruction économique et sociale du territoire.

Ce plan que la collectivité appelle de ses vœux relève de la seule compétence de l’Etat et du dialogue constructif à instaurer entre les agences de santé des deux territoires.
Pour rappel, la Collectivité n’a pas ménagé ses efforts pour contribuer aux actions de prévention. Elle a pris toute sa part dans la gestion de crise en démultipliant les moyens d’action notamment l’achat de matériels (machines et kits de tests) mis à disposition de l’ARS (hôpital) et des laboratoires privés. L’institution territoriale a consacré 2.4M€ aux urgences Covid avec l’appui du FSE. Toutes les mesures sont également prises au sein de la collectivité pour protéger le personnel et le public.

Le rôle de la Collectivité consiste aussi à alerter l’Etat sur la crise sociale sous-jacente engendrée par les restrictions aux frontières. Bien que nous soyons tous unanimes sur la nécessité d’enrailler les cas de Covid sur le territoire, nous estimons que le contrôle des frontières ne constitue pas une réponse opportune dans le contexte actuel. Au regard de cette situation inadaptée, le Président Daniel Gibbs a sollicité une réunion d’urgence de la cellule Q4 (France – Hollande – Saint-Martin Sint Maarten), afin que les parties prenantes se concertent et trouvent des solutions autres que la fermeture des frontières. La vraie réponse se situe dans le dialogue et la mise en œuvre d’un plan sanitaire conjoint aux deux parties de l’île. Nous attendons à ce jour la réponse du ministère et la mise en œuvre de ce plan qui est le seul moyen d’agir efficacement pour protéger la santé des habitants de l’île dans sa globalité et permettre une reprise économique progressive.

Afin de favoriser la reprise économique, le Conseil exécutif a voté favorablement, mercredi 9 septembre 2020, une délibération portant sur la situation sanitaire actuelle et sur les perspectives d’ouverture du territoire aux visites d’agrément et d’affaires à compter du 1er novembre 2020. Cette délibération sera présentée au vote du Conseil territorial, le 24 septembre prochain, en vue de préparer la prochaine saison touristique et de débattre sur la possibilité de demander une dérogation à la France. L’aspect économique ne peut être minimisé, il doit au contraire être au centre de toute notre attention.

Dans le but de débloquer au plus vite cette situation alarmante consécutive à la mise en place par la France des contrôles aux frontières, le Président Daniel Gibbs a alerté le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu, le 7 septembre dernier. Il a réitéré auprès du ministre la nécessité de lever les contrôles aux frontières et le renforcement des moyens et des protocoles sanitaires sur le territoire de Saint-Martin. Il serait aujourd’hui inapproprié de ne pas tenir compte des enjeux socio-économiques inhérents à ces contrôles et de vouloir les prolonger au-delà du 15 septembre.
La Collectivité le redit : l’urgence consiste aujourd’hui à travailler main dans la main avec Sint Maarten en luttant conjointement contre la propagation du Covid19 et en créant ensemble les conditions de la relance économique.

La Collectivité de Saint-Martin réitère auprès de l’Etat la levée des restrictions de circulation entre Saint-Martin et Sint Maarten à compter du mardi 15 septembre 2020, fin de la période de prolongation.

Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

RADIO FROM VOICEOFTHECARIBBEAN.NET

Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x
Vinaora Nivo Slider 3.x